jeudi 29 octobre 2009

Je me déguise en Tintin à l'Halloween, tant qu'à profiter de ma houpette.

Vous vous rappelez de ceci? Eh bien, j'ai dû refaire l'illustration au complet, mais ça fait longtemps qu'elle est finie, en vérité. J'ai attendu gentiment que l'artiste lui-même commence à faire la promotion de son album, et maintenant qu'il s'y est lancé, je me le permets moi aussi. Hop!



Ouaip! J'ai fait ça pour Mathieu Gaudet, qui lancera son album la semaine prochaine (les 4, 5 et 6 novembre au studio théâtre de la Place-des-Arts, avis aux intéressés). J'ai seulement fait l'illustration, pas le graphisme---j'ai vu la pochette au complet sur un écran, elle a l'air vraiment géniale, j'ai hâte de la tenir dans mes mains. J'ai aussi hâte de la voir sur les tablettes des magasins, huhuhu.

Pendant que j'y suis, vous savez, là, l'histoire de volco? Elle a été élucidée par un de mes érudits collègues de travail. Ça existe, apparemment, du brandy de marque volco. En fait, ça s'appelle plutôt du VALCOURT. Bâtard. Si elle avait eu des dents, ma bonne femme, j'aurais peut-être mieux compris.

Samedi dernier, à la fermeture, un saoûlon qui se parle tuseul se présente à la porte d'entrée, mais c'est barré, on est fermés, merci. La porte de sortie est encore ouverte parce qu'un client vient de sortir, il essaye d'entrer, mon collègue lui dit gentiment qu'il ne peut pas, on est fermés, merci.

Ah, les plaisirs du service à la clientèle.

Le saoûlon se fâche, il se met à cracher sur mon collègue, puis il gigote sur place en fouinant dans la poche de ses jeans, en montrant du doigt de l'autre main son contenu à travers le tissu. Il était supposé avoir l'air menaçant, mais il titubait beaucoup et il a tellement gossé dans sa poche avant de finalement pouvoir en sortir quelque chose que c'en était ridicule. Anyway, ce qu'il voulait sortir de sa poche, c'était un couteau, mais ça a été si long que mon collègue a eu largement le temps de fermer la porte de sortie et de la barrer. On a appelé la police et on a fait sortir tous les clients par la porte d'en-arrière...

4 commentaires:

Vincent Desbiens a dit...

Vraiment cute l'illu!!!

Drôle d'histoire aussi cet ivrogne au couteau haha, fucking Montréal, qu'est-ce qu'on ferait sans elle.

Boum a dit...

Aw, tu trouves? Merci, j'suis flattée, là.

Ah, vive Hochelag. :)

Phil a dit...

tiens tiens, je connais quelqu'un qui a fait connaissance avec ton charmant saoûlon quelques minutes plus tôt... hihihi!

Boum a dit...

Ouais, je sais, elle m'a dit :P